Environnement

La Pluie Solide : un procédé qui pourrait révolutionner l’agriculture mondiale

Comme dans beaucoup de pays, les paysans mexicains souffrent des terribles sécheresses qui frappent le nord du pays. Sensible à cette détresse, Sergio Rico ingénieur chimiste mexicain décide de travailler sur une récupération optimale des eaux de pluies. Son idée est de conserver l’eau sous forme moléculaire dans un volume infiniment moins grand.

Il met au point ce qu’il nomme La pluie solide (Lluvia sólida en espagnol) ; le polyacrylate de potassium, un polymère super-absorbant qui permet d’emmagasiner jusqu’à 500 fois son poids en eau sans en modifier la structure chimique. En déposant ce gel au niveau des racines de la plante, il agit comme un réservoir d’eau permanent ; le racines sont toujours humides, même en période de sécheresse. Par ailleurs lors de chaque averse, l’eau est captée par le gel et la réserve d’eau se reconstitue.

La pluie solide : une utilisation très simple.

Le polyacrylate de potassium se présente comme une poudre blanche. Il suffit d’en verser une petite quantité dans un conteneur d’eau pour très vite obtenir un gel (1.5 gramme pour un litre d’eau). Le gel est ensuite directement déposé dans le trou avec les graines ou bien enfoui à proximité des racines de la plante. Cette eau solide peut se transporter facilement ; plus besoin de pompes, de tuyaux, de camions-citernes pour transporter le liquide.

Pluie solide déposée dans un trou avant la plantation

La pluie solide : des résultats étonnants.

Des études menées au Mexique et en Colombie démontrent l’incroyable efficacité de ce nouveau procédé. Alors que l’irrigation traditionnelle des cultures de maïs offre une récolte de 600 kilos à l’hectare, la pluie solide permet d’obtenir près 10 tonnes à l’hectare. Les frais liés à l’irrigation ont baissé de 75%, tandis que le feuillage et les fleurs ont augmenté de 100%, et les racines de 300%. En Inde, sur certaines cultures nécessitant un arrosage hebdomadaire de 80 litres d’eau, le procédé a permis de passer à 50 litres tous les trois mois.

Par ailleurs, son inventeur assure que l’eau solide est non toxique pour l’environnement ; elle est non soluble dans l’eau et ses constituants son progressivement absorbé par les plantes. La pluie solide a une durée utile de 8 à 10 ans.

La pluie solide est déjà employée avec succès en Inde pour la culture des fruits, des cacahuètes, de coton, de blé et de palme. Elle est également utilisée en Colombie, Équateur, Portugal et Espagne.

La pluie solide a valu à Sergio Jesús Rico d’être nominé pour le Prix mondial de l’eau 2012, une récompense décernée chaque année en Suède par l’Institut International de l’Eau de Stockholm.

La pluie solide présentée par REUTERS en vidéo (en anglais) :

Sources :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page