Environnement

Le Diable de Tasmanie menacé par une épidémie de cancer de la face

Le Diable de Tasmanie, sans conteste l’animal culte de cette île australienne a été déclaré espèce menacée en Mai 2009. L’espèce est menacée par un cancer de la face qui a, selon les estimations, décimé 70 % de la population sauvage au cours des dix dernières années. Le gouvernement australien a donc prévu des mesures drastiques pour tenter sauver cette espèce endémique .

Le Diable de Tasmanie : un grand marsupial carnivore

Le Diable de Tasmanie est un grand marsupial carnivore vivant exclusivement sur l’île de Tasmanie. Longtemps considéré comme une menace pour le bétail, il a été chassé impitoyablement jusqu’à ce qu’il soit protégé en 1941. Il est caractérisé par sa fourrure noire, l’odeur forte qu’il dégage lorsqu’il est stressé, son hurlement fort et inquiétant et son tempérament agressif envers ses congénères quand il mange.

Il existait jadis un plus grand marsupial carnivore : le Tigre de Tasmanie, aussi connu sous le nom de Thylacine. Il existait depuis 4 millions d’années, mais l’espèce s’est éteinte en 1936. Le Diable de Tasmanie en prend tout droit le chemin.

Diable de Tasmanie

Diable de Tasmanie

Diable de Tasmanie

Diable de Tasmanie

Une épidémie 100% mortelle.

Parallèlement à une déforestation au Napalm et à l’emploi d’agents chimimiques neurotoxiques par l’industrie forestière, le Diable de Tasmanie s’est vu doté voilà quelques années d’un cadeau supplémentaire : un cancer de la face incurable.

Ce cancer est contagieux et se transmet quand ces animaux agressifs, qui se battent souvent pour une charogne ou pour un partenaire, se mordent entre eux. “Il est mortel dans 100 % des cas. S’ils l’attrapent, ils meurent”, déclare Mark Williams, le porte-parole du zoo Taronga, à Sydney. “Leur face se couvre de plaies, ils ne peuvent plus se nourrir et meurent de faim dans d’atroces souffrances. ”

Un Diable de tasmanie atteint d'une tumeur cancereuse

Un Diable de tasmanie atteint d’une tumeur cancereuse

Un plan de sauvetage

Le gouvernement australien étudie donc les moyens à mettre en oeuvre pour sauver le Diable de Tasmanie. L’espèce pourrait être déplacée sur d’autres îles. La question de la perturbation des écosystèmes d’accueil est toutefois posée. Une réintroduction d’espèce est loin d’être chose aisée. Les diables pourraient, par exemple, faire leur entrée sur l’île Maria, au large de la côte est de la Tasmanie.

Ils vont également tenter de créer des “îles virtuelles” sur le continent en clôturant des surfaces épargnées par le cancer pour le moment.

A noter, l’initiative du zoo Taronga qui lance avec le Tassie Devil Appeal un appel aux dons sous la forme d’un élevage virtuel d’un Diable de Tasmanie. Vous pourrez contribuer à élever un animal.

Zoo Taronga : fondation pour la sauvegarde du Diable de tasmanie

Zoo Taronga : fondation pour la sauvegarde du Diable de tasmanie


Laissez un commentaire

Send this to a friend