Environnement

En Tasmanie, déforestation sauvage au Napalm

La Tasmanie, l’un des derniers paradis terrestres. Elle regorge de forêts d’eucalyptus millénaires. Cette grande île au sud du continent Australien semble fuir vers l’Antarctique. Il faut croire qu’elle ne fuit pas assez vite, puisque la sauvagerie des intérêts financiers l’a rattrapé. Là, l’industrie forestière déboise avec une redoutable efficacité. Des hélicoptères font pleuvoir le Napalm pour incendier les forêts et tirer un trait définitif sur une biodiversité végétale et animale millénaire. La production du bois et du papier est à ce prix.

Située à environ 70 km à l’ouest de Hobart, la capitale de Tasmanie, la forêt primaire abrite des eucalyptus géants hauts de près de 90 m, âgés de 200 à 400 ans. Ils sont parmi les arbres les plus grands du Monde. Les troncs peuvent atteindre les cinq mètres de diamètre à leur base. La biodiversité millénaire est ici un trésor végétal et animal inestimable.

Pourtant, c’est quotidiennement, une superficie semblable à 44 terrains de football qui partent en fumée. L’industrie forestière ne recule devant rien. Elle a même mis au point des méthodes extrêmes pour nettoyer le terrain après déboisement. Des hélicoptères larguent des centaines de balles contenant un dérivé du Napalm. Au contact du sol le Napalm explose,  provoquant des incendies qui peuvent durer des semaines. Nettoyage par le feu garanti.

Tasmanie, la forêt primaire brûlée au Napalm

Tasmanie, la forêt primaire brûlée au Napalm

Tasmanie, un hélicoptère lachant du Napalm

Tasmanie, un hélicoptère lâchant du Napalm

Quelques temps après cet apocalypse, des jeunes arbres exotiques à croissance rapide sont replantés. Ce seront de braves petits arbres bien droits et bien calibrés pour l’industrie !

Puis, afin de préserver ces jeunes arbres et leurs tendres pousses des animaux, l’industrie forestière n’a rien trouvé de mieux que des les empoisonner. Comble du raffinement, ils utilisent le  composé 1080, un agent chimique neurotoxique mis au point par les nazis. La pratique est très efficace. Accessoirement le poison se diffuse dans l’environnement et dans l’eau.  En 2004, prêt de 100.000 animaux ont été retrouvés empoisonnés.

Un diable de Tasmanie

Un diable de Tasmanie

Dramatiquement, ces lieux qui furent jadis paradisiaques disparaissent avec toutes les richesses d’une biodiversité animale et végétale originelle, dans l’indifférence la plus complète. La Tasmanie a perdu 75% de ses forêts originelles. Les marsupiaux, comme les wallabys, les opossums ou les diables de Tasmanie espèce exclusivement Australienne sont en voie d’extinction.

Tasmanie : déforestation au Napalm (extrait de La Terre vue du ciel – Tout est vivant, tout est lié ) :

Le plus écœurant est que le bois et le papier issus de ces forêts, où sont pratiquées ces méthodes si peu écologiques, réussissent à être commercialisés avec le label PEFC censé garantir que les bois viennent de « forêts gérées durablement ». Un consommateur attentif qui voudrait faire un geste pour la planète en achetant un bois ou un papier « certifié » peut finalement se retrouver à cautionner la destruction des forêts primaires de Tasmanie …

A la demande de The Wilderness Society (association écologique australienne), les Amis de la Terre ont lancé une campagne pour interpeller publiquement la certification PEFC et demander l’annulation immédiate de la certification des bois venant de Tasmanie.

Dans le Monde, chaque minute 28 hectares de forêts sont détruits. Par an, c’est l’équivalent d’un pays comme la Grèce. Nous, consommateurs de papier et de bois, gardons cela à l’esprit chaque jour. Aussi petit soit-il, nous avons un rôle à jouer.

Pour en savoir plus :

12 commentaires

  • Gaillard Valérie dit :

    ET alors??? que pouvons nous faire ?????? Y aurait-il une pétition?????

  • Karl dit :

    Bonjour Valérie,
    En fait, Les Amis de la Terre (http://www.amisdelaterre.org/) ont mené une campagne avec pétition voilà quelques temps déjà. Je vous invite à consulter le lien que j’ai mis dans l’article, à savoir :

    Vous y verrez que les deux principales entreprises forestières impliquées (Forestry Tasmania et Gunns) ont annoncé le 1er juin 2007 la fin de la conversion des forêts primaires de Tasmanie en plantation d’eucalyptus.

    Vous y verrez aussi qu’en dépit de leur engagement, rien n’a changé …

  • flo dit :

    Effroyable. Je ne pensais pas que ça pouvait aller jusque là….

  • Dominique dit :

    Bonjour,
    Je viens de tomber sur cette info atroce en suivant les news du chanteur de midnight oil (engagé au début pour l’écologie), qui une fois élu ministre à l’environnement a signeé en faveur de ce carnage (2007); quelle déception, quelle tristesse de voir que rien n’est fait pour sauvegarder cet immense trésor que nous possédons, notre belle planète détruite à jamais pour un profit de courte durée.
    Merci pour vos infos.
    Dominique

  • lynne V dit :

    je fais beaucoup de dessin sur papier et j’essais toujours d’acheter du papier recyclé et lorsque j’ai vu le reportage du 27 octobre au grands reportages ça m’a dégouter au plus haut point, souhaitons que les gouvernements auront l’intelligence de ne pas approuver ces procédures. Nous devons nous unir pour garder notre belle mère terre a l’abri de toute cette destruction, bravo pour tout votre travail, merci de nous pemettre de connaitre la vérité au sujet des grandes entreprises forestière et de leur façon d’agir envers la nature.

  • FORESTIER dit :

    « Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors le visage pale s’apercevra que l’argent ne se mange pas … »

    Citation de Sitting Bull grand chef indien, et combien vraie.

  • zozefine dit :

    3 ans que cette page a été mise. je suis effondrée : je planais gentiment à regarder les arbres les plus vieux du monde (déjà que la mise à jour m’avait passablement déprimée) et je lis cela : la forêt primaire passée au napalm. mais ils sont DINGUES ? comment savoir si cette immonde manière de traiter cet endroit jusqu’alors encore relativement « protégé » de la rapacité humaine aveugle et sans pitié se perpétue ? la page dans les amis de la terre est morte.

  • gael dit :

    Je viens de lire l’article c’est désolant, quand l’homme prendra -t-il conscience qu’il va à sa perte ce sont déjà des scenarios déjà joué aux siècles passés! Alors que si nous étions intelligents la nature nous offre tout ce dont nous avons besoin, nourriture, médicaments…..il suffit juste de regarder ce servir sans nuire, prendre juste ce qu’il faut! Je travaille dans le domaine du végétal, en jardinerie, étant passionné par les plante je me rend compte que les gens ne prennent le végétal que pour « faire joli » ou pour une « utilité »! je souhaiterai me tourner vers la sauvegarde et la sensibilisation mais les pistes et les adresses ne sont pas faciles à trouver…. il est temps que l’homme réagisse avant qu’il ne soit trop tard!

  • Anonyme dit :

    quelle dommage toute cette destruction il est temps d’agir au plus vite avant qu’il ne soit trop tard….la nature à tant à nous montrer et à nous apprendre

  • Anonymous dit :

    Moi j’y irais avec un bazooka et rien à foutre de ces c***rd – -* l’homme à trop abuser de l’hospitalité de sa Terre

  • Gege dit :

    36 000 000 km carrés de forêts et la Grèce c’est 130 000 km carrés dans 250 ans il n’y aura plus aucun des arbres existants aujourd’hui. Mais d’autres auront repoussé. Dans 500 ans il n’y aura peut être plus d’arbres du tout. Ça me va.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend